Coronavirus : une application chinoise pour estimer le degré d'infection

Coronavirus : une application chinoise pour estimer le degré d'infection

Par Gérard Haas et Morgane de Saint Vincent

Après la mise en place de la notation des citoyens chinois il y a quelques mois, l’État intime désormais à ses ressortissants de télécharger une application nommée "Close Contact Detector" lancée par la Commission nationale de la Santé, équivalent du ministère de la Santé Chinois.

L’objectif d’une telle manœuvre : estimer si une personne est touchée ou non par le coronavirus.

Pour se servir de l’application, l’utilisateur doit communiquer son numéro de téléphone, permettant un accès à ses données de localisation qui seront croisées avec celles des autres usagers. Certaines données sont obtenues grâce au système de surveillance mis en place dans les rues chinoises.

Sera alors déterminé si la personne concernée a croisé le chemin d’une personne infectée par le virus, ou soupçonnée de l'être. D’autres éléments doivent être renseignés par l’utilisateur lui-même comme l’apparition d’éventuels symptômes ou encore les pays récemment visités.

En fonction du résultat, un QR code de couleur sera alloué à son utilisateur : vert si l’utilisateur est sain, jaune si un doute existe entrainant une quarantaine de 7 jours ou rouge signifiant la mise en quarantaine totale de l’utilisateur.

 

Le résultat obtenu devra être présenté par les utilisateurs de l’application lors de leur passage aux différents checkpoints installés dans les villes chinoises. Si le QR code n’est pas bon, les citoyens resteront bloqués et ne pourront passer le point de contrôle ni accéder aux restaurants, transports en communs, taxis, lieux publics etc.

Si certains éléments utilisés pour attribuer une couleur à l’utilisateur sont connus grâce à la récupération de nombreuses données, le mode de fonctionnement précis de l’application reste néanmoins flou.

 

Cette application peut être assimilée à un outil de surveillance renforcé des citoyens : les informations ainsi récoltées sont automatiquement transmises aux forces de l’ordre. Ces dernières peuvent connaître en temps réel la localisation des citoyens grâce aux points de contrôle.

Il est regrettable qu’il n’existe pas, en Chine, une autorité de régulation pour protéger les droits des citoyens concernant leurs données personnelles et leur vie privée à l’instar de l’Europe et de son Comité Européen de la Protection des Données.

L’application a déjà été téléchargée plus de 50 millions de fois dans 200 villes chinoises, la nationalisation de la solution est en cours.

***

Le Cabinet HAAS Avocats, fort de son expertise depuis plus de 20 ans en matière de nouvelles technologies accompagne ses clients dans différents domaines du droit, notamment en matière de protection des données et de droit pénal de l’informatique et e-reputation. N’hésitez pas à faire appel à nos experts pour vous conseiller sur ces questions. Contactez-nous ic

Gérard HAAS

Auteur Gérard HAAS

Suivez-nous sur Linkedin

Catégories

Derniers tweets

Besoin d'une réponse
à vos questions juridiques ?

Demande de devis

Consultation téléphonique