La relation commerciale après le changement de cocontractant

La relation commerciale après le changement de cocontractant

Par Eve Renaud-Chouraqui 

Le changement de cocontractant, suite à un regroupement de plusieurs acheteurs au sein d’une société dédiée, ne constitue pas une modification substantielle de la relation commerciale, de nature à caractériser une rupture brutale de la relation commerciale établie.

La modification substanciel de la relation commerciale

Par un arrêt du 31 mars 2021[1], la chambre commerciale de la Cour de cassation est venue illustrer ce qui est constitutif d’une modification substantielle de la relation commerciale : le changement de contractant ne rentre pas dans le champ de cette modification.

Les faits de l’espèce étaient les suivants.

Une société spécialisée dans les bouteilles en verre pour le secteur viticole avait confié la distribution de ses produits à trois sociétés coopératives agricoles.

Ces dernières ont décidé de regrouper leurs achats au sein d’une société dédiée et d’informer le fabricant de la cessation de leurs relations commerciales.

Ce-dernier a alors engagé une action aux fins d’obtenir des dommages et intérêts sur le fondement de la rupture brutale de la relation commerciale établie, régime visé à l’article L442-1 II du code de commerce[2].

La Cour d’appel de Paris avait considéré que le changement de cocontractant constituait une modification substantielle des conditions contractuelles que le fabricant était en droit de refuser.

La décision de la Cour

La Cour de cassation a cassé l’arrêt rendu aux motifs :

« qu’en se déterminant ainsi, par des motifs impropres à caractériser le caractère substantiel de la modification de la relation commerciale, la cour d’appel avait privé sa décision de base légale ».

Rappelons qu’en application de l’article L442-1 II du code de commerce :

  • engage la responsabilité de son auteur et l’oblige à réparer le préjudice causé le fait, pour toute personne exerçant des activités de production, de distribution ou de services de rompre brutalement, même partiellement, une relation commerciale établie, en l’absence d’un préavis écrit qui tienne compte notamment de la durée de la relation commerciale, en référence aux usages du commerce ou aux accords professionnels ;
  • constitue une telle rupture le fait d’imposer à un partenaire une modification substantielle d’une relation commerciale établie.

Précisons enfin que la Cour de cassation a déjà pu rappeler que le fait qu’une relation commerciale ait été nouée avec un co-contractant et qu’elle ait été poursuivie avec un autre ne retire pas à la relation son caractère établi, sous réserve que les parties ont entendu s’inscrire dans la relation initiale.

Ainsi, la décision rendue par la Cour s’inscrit dans le prolongement de ses jurisprudences précédentes : si le simple changement de cocontractant n’est pas suffisant en soi, il est nécessaire de démontrer une modification substantielle dans la relation d’affaires, modification qui s’entend d’une baisse brutale des commandes ou modification des tarifs pratiqués.

Tel n’étant pas le cas dans les faits de l’espèce, la Cour ne pouvait que censurer l’arrêt de la Cour d’appel de Paris. 

***

Fort d’une expérience dans le domaine du droit de la concurrence et de la régulation économique, le cabinet Haas Avocats dispose d’un département entièrement dédié à l’accompagnement de ses clients, notamment en matière de pratiques restrictives de concurrence et de rupture de la relation commerciale établie.

Le Cabinet est naturellement à votre entière écoute pour toutes problématiques que vous pourriez rencontrer.

Pour plus d’informations ou des demandes de rendez-vous, contactez-nous ici.

 

***

 

[1] Cass.com, 31 mars 2021, pourvoi n° 19-14.547.

[2] Dans sa rédaction applicable au litige au sein de l’ancien article L442-6 I 5°du code de commerce :

« 5° De rompre brutalement, même partiellement, une relation commerciale établie, sans préavis écrit tenant compte de la durée de la relation commerciale et respectant la durée minimale de préavis déterminée, en référence aux usages du commerce, par des accords interprofessionnels ».

Eve Renaud-Chouraqui

Auteur Eve Renaud-Chouraqui

Suivez-nous sur Linkedin